Blogue

« Il faut se fixer des buts avant de les atteindre »- Michael Jordan

Comme le dit le vieux dicton, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Ce qui fait le succès d’un individu, c’est d’abord et avant tout d’avoir des objectifs clairs et précis ainsi qu’une démarche à suivre. Vous voulez un truc pour définir vos objectifs? Utilisez le mot SMART comme outil. Voici comment un objectif doit être formulé pour être efficace.

S pour Spécifique : il doit être le plus précis possible pour éviter l’ambiguïté.
M pour Mesurable : vous devez trouver une façon de quantifier l’objectif pour vous assurer de sa réussite.

A pour Atteignable : vous vous devez d’avoir les ressources nécessaires pour le réaliser et l’objectif doit être motivant et offrir un défi à relever.

R pour Réaliste : celui-là pour moi n’est pas réaliste! Tout bon entrepreneur qui se respecte ne l’est pas, donc laissez-vous aller.

T pour Temporel : vous devez vous définir une plage de temps, car sinon vos projets n’aboutissent pas et restent toujours en suspens.

Pour plus de conseil comme celui-ci, suivez-moi sur mes différents médias sociaux.

📷: Zahir Namane

Performer aux Jeux olympiques dans un stade sans spectateurs.

J’étais aux Jeux olympiques récemment et je veux vous parler plus spécifiquement des difficultés dont les athlètes olympiques ont dû faire face avant d’arriver à Tokyo. Comme tout le monde, ils ont été confrontés avec les défis relevant de la pandémie.

L’isolement et la distanciation ont fait que les athlètes ne pouvaient pas s’entraîner comme ils le voulaient ou devaient s’entraîner dans des endroits de base; beaucoup n’ont pas pu le faire du tout. Les Jeux olympiques ayant été retardés, je me retrouve un an plus tard à Tokyo et je ne pensais pas voir autant de bonnes performances, mais j’ai été agréablement surpris d’en voir autant comme celle de Damian Warner au décathlon et les femmes qui ont gagné la médaille d’or au soccer parmi tant d’autres.Lors de mes conférences depuis la COVID, je parle toujours de résilience.

Lorsque nous vivons un moment difficile, il faut avoir l’esprit ouvert et travailler encore plus fort pour atteindre nos objectifs. Il faut profiter de ce temps pour en apprendre davantage. Par exemple, nous vivons dans un monde de plus en plus numérique. Pendant la COVID, j’ai été cherché un cours universitaire en marketing numérique, un autre cours en négociation, et un cours en commerce de détail au HEC. Pourquoi? Pour être encore meilleur et me préparer à affronter ce moment difficile.

Je tiens à donner l’exemple d’André De Grasse. Il a dit à ma collègue de Radio- Canada, Diane Sauvé, que pendant la COVID, il en a profité pour travailler ses faiblesses. Ces faiblesses sont au niveau du départ. Avec moins de compétition et le fait de ne pas pouvoir s’entraîner comme il le voulait, il s’est dit qu’il allait en profiter pour corriger ses lacunes aux départs et quand viendrait le temps de compétitionner, il serait prêt. Donc, c’est ça que j’essaie de dire à tout le monde. Peu importe le domaine dans lequel vous êtes, que ce soit dans le sport, les affaires, les arts, etc., c’est dans ces moments-là qu’il faut essayer d’en apprendre davantage pour être meilleur. C’est exactement ce que André a fait. Il s’est dit qu’il profiterait du temps plus tranquille pour travailler sur ses faiblesses et sa performance à Tokyo a été vraiment incroyable! Meilleure performance au 100 m, une médaille d’or au 200 m et une médaille de bronze avec l’équipe de relais. Alors je persiste à dire que dans les moments difficiles, essayer toujours de voir la lumière au bout du tunnel.

Ne lâchez pas. Travaillez plus fort, gardez l’esprit ouvert et restez positif. Tout le monde peut le faire et je vous encourage et surtout, pas d’excuses! Comme le dit si bien mon coach d’affaires « no excuses! ». Bonne continuation, on va être encore plus fort!

Être polyvalent ou être le meilleur dans son domaine?

En soi, la question est très bonne et sachez que ma réponse va probablement vous surprendre : il faut être les deux. En effet, bien qu’on soit le meilleur dans un domaine donné, il arrive parfois des imprévus et la polyvalence va nous permettre d’y faire face.

De plus, quand on est entrepreneur, nous sommes le chef d’orchestre de l’entreprise et il faut savoir se débrouiller sur tous les tableaux afin d’épauler nos entreprises. Pour qu’une entreprise ou qu’un individu soit au top, il faut avoir plusieurs outils dans son coffre et être capable de se diversifier.

Plus on est polyvalent, plus les possibilités sont grandes. Prenez l’exemple de Clara Hughes, 6 fois médaillée olympique. Ce qui est le plus impressionnant, c’est qu’elle aura réussi à gagner des médailles tant en cyclisme qu’en patinage de vitesse longue piste. C’est probablement le meilleur exemple pour vous démontrer qu’on peut être à la fois polyvalent et être au sommet de son domaine.

En terminant, je vous donne mon exemple. J’ai été au sommet de mon sport et par la suite, j’ai dû faire preuve de polyvalence et aujourd’hui, je suis un entrepreneur à succès qui joue sur plusieurs tableaux.

Le respect d’autrui

Il est important de respecter les autres.  Ça faisait longtemps que je n’avais pas voyagé ni séjourné dans un hôtel et je me suis rendu compte que le respect des autres est très important et que les gens ne font vraiment pas attention.

 Un exemple que je peux vous donner est que très récemment, à l’hôtel où je restais et étant en plein décalage, je m’étais réveillé à 3 h du matin et vers 5 h du matin,  je commençais  finalement à bien dormir. À 6 h du matin, je me suis fait réveiller par la dame de la chambre d’à côté. J’ignore si cette femme était une artiste, mais elle s’est mise à chanter avec la musique très forte. C’était très désagréable. Alors, dans tout ce que nous faisons, essayons toujours de penser à notre prochain et d’avoir le respect d’autrui.

Persévérance ou acharnement

Ça m’a pris 15 ans avant de réaliser mon rêve ultime qui était de courir plus vite que mon idole, et lors de mes conférences, on me demande souvent si pendant mon parcours j’ai fait preuve d’acharnement pour atteindre mes buts. C’est une très bonne question!

Il y a une différence fondamentale entre l’acharnement et la persévérance. Quand vous essayez d’atteindre votre objectif, que vous avez un plan et que vous utilisez toujours la même stratégie qui ne fonctionne jamais, on appelle ça de l’acharnement. Dans ce cas précis, je n’aime pas dire le mot échec, car derrière chaque erreur se cache une opportunité à saisir. À l’inverse de l’acharnement, quand on essaye de toujours changer de stratégie pour arriver à notre finalité et qu’on tente d’aller chercher d’autres outils dans son coffre sans pour autant s’éloigner de son objectif de départ, on appelle ça de la persévérance.

Pendant ces 15 années-là, je me suis équipé d’une panoplie d’outils, je me suis entraîné aux États-Unis pour voir ce qui se faisait là-bas et je me suis entraîné en Australie pour garnir mon coffre. De plus, j’ai apporté des changements à mes habitudes alimentaires, à ma nutrition, à ma musculation et à ma technique de course. Voyez-vous ce que je tente de vous expliquer? Le plan que l’on change constamment comporte son lot de risques. Je dis tout le temps que dans la vie, celui qui ne tente jamais de risques (calculés) n’obtiendra jamais de dividende aussi important que celui qui fonce dans la vie tout en ayant un esprit réfléchi.

Quand vous avez de mauvais résultats, l’essentiel est de toujours chercher le positif. Demandez-vous toujours ce qui n’a pas fonctionné et ensuite, rectifiez le tir. Donc, cherchez toujours à tirer des leçons des épreuves qui peuvent survenir dans votre parcours.

En conclusion, la grande différence entre la persévérance et l’acharnement est qu’en faisant preuve d’acharnement, on utilise la même stratégie pour toujours en ressortir insatisfait tandis qu’en faisant preuve de persévérance, on recherche toujours de nouvelles façons afin d’arriver à ses fins. Quand on parle d’amélioration de soi, il y a des entreprises qui dépensent des millions de dollars en innovation. Pourquoi font-ils ça? Justement pour garnir constamment leur coffre à outils et ainsi mettre le succès de leur entreprise à l’avant-plan.

Erreur trop souvent répétée des entrepreneurs

Je m’adresse aux entrepreneurs qui cherchent un investissement ou un investisseur pour leur entreprise. L’erreur que beaucoup trop d’entrepreneurs font est de prévoir quelle sera la valeur de leur entreprise dans 5 ou 10 ans, et qui demande à l’investisseur un montant équivalent à cette prédiction. Voilà une erreur que je trouve trop commune de nos jours. La relation entre l’entrepreneur et son investisseur doit être vue comme un travail d’équipe et non le désir d’aller chercher un montant dérisoire. Donc, l’investissement demandé devrait toujours refléter la valeur actuelle de notre entreprise.

Si votre investisseur vient au sein de votre équipe, c’est que celui-ci croit en votre projet, mais aussi que son investissement lui porte un certain risque. Vous devez donc prendre ce facteur en considération. Alors, si l’investisseur vous prêtait un montant équivalent à votre projection, mais que celle-ci s’avérait trop à la hausse, rembourseriez-vous l’argent perdu à votre investisseur? Pour la plupart, la réponse est bien entendu un « non » catégorique. Il est donc équitable que la personne qui s’engage à investir dans votre entreprise le fasse proportionnellement à la valeur actuelle de votre entreprise.

Rappelez-vous de ne pas répéter ces erreurs afin de ne pas faire fuir les investisseurs qui croient en vous.

Conférence en webinaire

Depuis le début de la pandémie, j’ai été obligé de transférer mes activités de conférencier en mode webinaire. Au départ, je ne vous cacherai pas que j’étais très nerveux comme si c’était ma première conférence à vie.

Je ne me sentais pas très à l’aise avec cette nouvelle manière de procéder. En date d’aujourd’hui, je suis fier de vous dire que je fais des webinaires avec des entreprises de différents secteurs d’activités, et ce, plusieurs fois par semaine.

La confiance acquise au cours de cette dernière année me permet maintenant d’interagir avec mon auditoire, même si ça se passe en ligne.

Si vous cherchez une manière innovante de motiver et de rassembler votre équipe même si celle-ci se trouve en télétravail, n’hésitez pas à faire appel à mes services. C’est avec un grand plaisir que je motiverai vos troupes.

Dopage technologique sportif?

Aujourd’hui, les athlètes sont équipés de produits hautement technologiques qui contribuent à améliorer leur performance. Ce qui m’amène à me poser la question suivante : Peut-on parler de dopage technologique?

Eliud Kipchoge est devenu le premier homme à passer sous la barre mythique des deux heures au marathon. Bien aidé par une armée de 41 « lièvres », le champion olympique kényan a bouclé son parcours en 1 h 59 min 40 s, soit quasiment 2 minutes de moins que son record du monde (2:01:39) établi dans des conditions homologuées à Berlin l’an dernier.

La chaussure ZoomX Vaporfly appelée « AlphaFly » de l’équipementier Nike fait jaser. Selon la compagnie américaine, ces caractéristiques procurent des avantages qui peuvent améliorer jusqu’à 5 % les performances de ses utilisateurs.

Sa semelle est composée d’une plaque de carbone entre deux couches de mousse isolante qu’on utilise dans les avions, ce qui permettrait une meilleure économie de course. La chaussure est optimisée pour réduire les pertes d’énergie en ce qui concerne les impacts au sol et maximiser le retour d’énergie dans la foulée.

Rappelez-vous lors des Jeux olympiques de Pékin. L’avancement technologique dans le sport dont nous avons le plus entendu parler était le maillot de bain de la compagnie Speedo appelé « LZR » (prononcer laser). Le maillot compresse le corps et réduit la friction dans l’eau. Tellement de records ont été battus grâce à ce maillot, notamment dans le Cube d’eau de Pékin, que la Fédération internationale l’a banni.

Les compagnies créent des souliers de compétitions le plus légers possible. Pour avantager encore mieux les coureurs, la compagnie Mondo a déclaré que lors des championnats du monde d’athlétisme ou aux Jeux olympiques, la piste de 400 mètres donnera plus de retours d’énergie après la phase de poussée, donc devrait aider les athlètes à courir encore plus vite.

Dimanche dernier à Hengelo (Pays-Bas) la championne du monde néerlandaise Sifan Hassan (28 ans) a battu le record du monde du 10 000 m, en 29’06”82. Elle a pulvérisé l’ancien record du monde du 10 000 m, soit par plus de dix secondes que le précédent record (29’17”45) propriété de l’Ethiopienne Almaz Ayana en 29’17”45 depuis les JO de 2016. Hassan, qui a couru en solo pendant 7 km, a réussi le chrono exceptionnel de 29’06”82, à 20,6 km/h de moyenne. Sa meilleure performance sur la distance était de 29’36”67, réussie en 2020 soit à 30 secondes de son record personnel.

Deux jours après la Néerlandaise Sifan Hassan, l’athlète éthiopienne Letesenbet Gidey (23 ans) a établi un nouveau record du monde du 10 000 m, ce mardi, lors des sélections olympiques de son pays disputé à Hengelo, aux Pays-Bas. Elle a parcouru la distance en 29’01”03. En presque cinq ans, le record du monde s’est amélioré de 16 secondes et 42 millième. Est-ce la piste magique de Hengelo, les nouvelles chaussures de Nike ou juste une coÏncidence?

Aujourd’hui avec toutes ces améliorations technologiques, les nouvelles techniques biomécaniques, de nouvelles connaissances en matière de suppléments naturels et de meilleures connaissances en matière de nutrition, les athlètes battront des records. Cependant, il est important de se rappeler que sans leur talent naturel, rien de cela ne serait possible

N’ayez pas peur de frapper aux portes

Vous vous demandez sûrement pourquoi je fais référence à ce titre. Trop souvent, les gens ont peur d’aller frapper aux portes pour demander de l’aide ou encore pour proposer un nouveau projet ou leurs services par crainte d’essuyer un refus ou par gêne.

Peu importe qui nous sommes, et nos moyens financiers, quand on frappe aux portes, il faut surtout connaître la valeur ajoutée du projet ou du service que vous offrirez à la personne chez qui vous irez cogner.

Il y a une expression bien connue en anglais « give and take », qui veut dire recevoir et donner. C’est bien d’avoir comme objectif de recevoir ce que l’on demande, mais il ne faut pas oublier que peu importe qui nous sommes, nous avons toujours quelque chose à offrir et c’est une bonne pratique d’offrir quelque chose en guise de remerciement à la personne qui nous a si gentiment ouvert la porte.

Par la suite, il faut toujours être reconnaissant de l’aide que nous recevons et penser à donner au suivant, donc, ouvrir notre porte à quelqu’un d’autre, car il y a des gens moins nantis que nous.

Prenez mon exemple. Au tout début de ma carrière, je n’avais pas les moyens financiers pour me procurer l’équipement sophistiqué pour pratiquer mon sport et participer à des camps d’entraînement qui étaient extrêmement dispendieux. J’ai moi-même été frappé aux portes.

Je me souviens encore du premier monsieur qui m’a donné ma première commandite de 500 $. C’était un propriétaire d’un restaurant qui se nommait L’Entre Temps. À l’époque, même avec le peu d’argent que j’avais, j’ai écrit le nom du restaurant sur mon chandail et lors de cette compétition, je suis arrivé troisième au 60m. J’ai toujours la photo de ce moment mémorable qui restera gravé dans ma mémoire éternellement.

Malheureusement, je n’ai pas eu l’occasion de revoir ce monsieur qui m’a ouvert cette première porte et son restaurant est maintenant fermé. J’ai toujours cherché à redonner à la communauté qui m’a ouvert les portes au début de ma carrière et c’est de là d’où vient l’inspiration derrière la création de La Fondation Bruny Surin.

QUELQUES RÈGLES SOCIALES QUI PEUVENT VOUS AIDER :

1. N’appelez pas quelqu’un plus de deux fois de suite. S’il ne répond pas à votre appel, supposez qu’il a quelque chose d’important à faire ;

2. Rendez l’argent que vous avez emprunté avant même que l’autre personne ne se souvienne qu’elle vous l’a prêté. Cela montre votre intégrité et votre caractère. Il en va de même pour les parapluies, les stylos et les boîtes à déjeuner ;

3. Ne commandez jamais le plat le plus cher du menu lorsque quelqu’un vous offre un déjeuner ou un dîner. Si possible, demandez-lui de commander le plat de son choix pour vous ;

4. Ne posez pas de questions gênantes comme “Oh, vous n’êtes pas encore marié ? Ou “Vous n’avez pas d’enfants” ou “Pourquoi n’avez-vous pas acheté une maison ? Ou pourquoi tu n’achètes pas de voiture ? Pour l’amour de Dieu, ce n’est pas votre problème ;

5. Ouvrez toujours la porte à la personne qui vient derrière vous. Peu importe que ce soit un garçon ou une fille, un senior ou un junior. On ne devient pas petit en traitant bien quelqu’un en public ;

6. Si vous prenez un taxi avec un ami et qu’il/elle paie maintenant, essayez de payer la prochaine fois ;

7. Respectez les différentes nuances d’opinions. Rappelez-vous que ce qui est le chiffre 6 pour vous sera le chiffre 9 pour la personne qui vous fait face. De plus, une deuxième opinion est bonne pour une alternative ;

8. N’interrompez jamais les gens qui parlent. Laissez-les s’épancher. Comme on dit, écoutez-les tous et filtrez-les tous ;

9. Si vous taquinez quelqu’un et qu’il ne semble pas l’apprécier, arrêtez et ne recommencez jamais. Cela l’encourage à en faire plus et montre à quel point vous l’appréciez ;

10. Dites “merci” lorsque quelqu’un vous aide.

11. Louez en public. Critiquez en privé ;

12. Il n’y a presque jamais de raison de commenter le poids d’une personne. Dites simplement : “Tu as l’air fantastique”. S’ils veulent parler de leur perte de poids, ils le feront ;13. Lorsque quelqu’un vous montre une photo sur son téléphone, ne glissez pas à gauche ou à droite. Vous ne savez jamais ce qui va suivre ;

14. Si un collègue vous dit qu’il a un rendez-vous chez le médecin, ne lui demandez pas à quoi il sert, dites simplement “J’espère que tu vas bien”. Ne les mettez pas dans la position inconfortable de devoir vous parler de leur maladie personnelle. S’ils veulent que vous le sachiez, ils le feront sans votre curiosité ;

15. Traitez l’agent d’entretien avec le même respect que le PDG. Personne n’est impressionné par l’impolitesse avec laquelle vous pouvez traiter quelqu’un de votre rang, mais les gens le remarqueront si vous les traitez avec respect ;

16. Si une personne vous parle directement, regarder votre téléphone est impoli ;

17. Ne donnez jamais de conseil avant qu’on vous le demande ;

18. Lorsque vous rencontrez quelqu’un après une longue période, à moins qu’il ne veuille en parler, ne lui demandez pas son âge et son salaire ;

19. Occupez-vous de vos affaires, sauf si vous êtes directement concerné – restez en dehors ;

20. Enlevez vos lunettes de soleil si vous parlez à quelqu’un dans la rue. C’est un signe de respect.De plus, le contact visuel est aussi important que votre discours ;

21. Ne parlez jamais de vos richesses au milieu des pauvres. De même, ne parlez pas de vos enfants au milieu de ceux qui sont stériles.

22. Après avoir lu un bon message, essayez de dire “Merci pour le message”. *L’APPRÉCIATION* reste le moyen le plus facile d’obtenir ce que vous n’avez pas.”CONSEILS LIFESTYLE”