Pour gagner, il faut dl’abord échouer!
2 mai 2019

Pour réussir en affaires ou réaliser ses rêves, il faut oser! Combien de fois avez-vous entendu cette phrase depuis que vous vous êtes lancé en entrepreneuriat? Bien que ce mantra puisse sembler évident – pour ne pas dire cliché –, il est extrêmement difficile à mettre en pratique.

En effet, lorsque je rencontre des gens qui souhaitent se lancer en affaires ou atteindre de nouveaux objectifs de vie, je réalise que plusieurs dl’entre eux craignent de se faire dire non. Souvent, ils évitent de foncer par crainte dl’un échec ou dl’un mauvais résultat.

Le réflexe est louable. Avant de prendre une décision au sein dl’une entreprise ou pour sl’orienter vers un but, il est essentiel de bien évaluer les risques et de mettre en place un processus de gestion de ces derniers. Or, cette conscience ne doit en aucun cas vous empêcher dl’innover, de mettre de nouvelles stratégies en place ou de tenter de créer des liens avec des clients ou des partenaires plus prestigieux.

Parfois, lorsque je partage ces réflexions, certaines personnes me disent que je peux difficilement comprendre leur situation. « Mais toi, Bruny, tu es champion olympique, tu es précédé par ta réputation. » Or, bien avant les récompenses, jl’utilisais déjà cette approche et nl’hésitais pas à frapper aux portes pour offrir mes services.

Aujourd’hui, malgré toutes les médailles et malgré le fait que je sois une personnalité connue, il m’arrive d’essuyer des refus. Que ce soit pour trouver des commanditaires pour le gala-bénéfice de la Fondation Bruny Surin, de potentiels clients pour mes conférences ou des commanditaires avec lesquels m’associer, toutes mes réussites passées ne sont pas un gage de succès. Même lorsque je pense que la négociation a été réussie et que le partenariat est dans la poche.

Je ne vous cacherai pas que mon ego en prend un coup chaque fois. Mais plutôt que de me laisser abattre, j’utilise cet échec pour me motiver à trouver de nouvelles approches et à modifier mon plan d’affaires. Je vois ces revers comme une étape, une opportunité, plutôt que comme une fin.

La clé, c’est la persévérance! Après un, deux, cinq ou dix refus, on finira tôt ou tard par trouver la formule gagnante, et ainsi obtenir le premier oui d’une longue série.

Pour m’aider à tirer parti de ces apprentissages, j’ai très souvent recours au service d’un coach d’affaires. Ces derniers ont un pont de vue extérieur sur ma situation. Ils sont en mesure d’évaluer mes techniques et de me donner des conseils pour m’améliorer.

Gardez en tête que si vous n’avez jamais connu d’échec, il y a de fortes chances que vous ne preniez pas suffisamment de risques. Alors, continuez de frapper aux portes, gardez vos objectifs en tête et foncez!

Intéressé par des séances de coaching individuel? N’hésitez pas à me contacter dès maintenant pour une première consultation. Ensemble, nous trouverons des stratégies qui répondent à vos besoins et assureront l’atteinte de vos objectifs.

Go get it!

Bruny.